Cycle I – conférence de M. Peter Andersen

Le vendredi 22 mars 2019 (ENS de Lyon – D2 104 – 10h-12h), M. Peter Andersen, professeur d’histoire et de littérature allemandes anciennes à l’Université de Strasbourg, interviendra au sujet de l’épopée médiévale germanique, et plus spécialement du Nibelungenlied.

La littérature allemande naît à l’époque carolingienne et connaît sa première apogée vers 860 avec le Livre des Evangiles d’Otfrid de Wissembourg, environ 14 000 vers à rimes finales, une première européenne dans une langue vernaculaire. Riche et variée dans sa production, l’époque carolingienne n’engendre toutefois pas d’épopée et ne nous a laissé que peu d’œuvres épiques en dehors des récits bibliques. La plus importante est la Chanson de Hildebrand, un poème fragmentaire de 68 vers dont la fin est perdue. Elle relate le combat du héros éponyme contre son fils et campe l’action sous le règne de Théodéric le Grand à la charnière entre l’Antiquité et le Moyen Âge.

Nous retrouverons Hildebrand comme le vieux maître d’armes de Dietrich von Berne, c’est-à-dire Vérone, dans la Chanson des Nibelungen composée vers 1200. Dans ce grand poème constitué de quelque 2300 quatrains à vers longs et d’un interminable épilogue de plus de 4000 vers courts, Hildebrand et Dietrich vivent en exil à la cour d’Etzel, roi des Huns dans la Hongrie actuelle, comprenez le redoutable Attila. En secondes noces, il a épousé la vindicative Kriemhild, veuve de Siegfried, le tueur de dragon. Elle est originaire de Worms où son frère Gunther règne sur le royaume des Burgondes. Treize ans après son remariage, Kriemhild invitera toute sa famille dont Hagen, l’assassin de Siegfried, à une grande fête chez les Huns. Le voyage des Burgondes qui partent armés par précaution va se terminer dans un immense bain de sang auquel seuls Hildebrand, Dietrich et Etzel survivront.

Lors de sa redécouverte au XVIIIe siècle, un professeur prédit que la Chanson des Nibelungen pourrait devenir « l’Iliade allemande ». A la différence des compagnons de Charlemagne qui, hormis Roland, retournent dans la « douce France », à la différence des Grecs qui, hormis Achille et quelques autres, rentrent chez eux après la destruction de Troie, les Burgondes périssent sans exception, hormis ceux restés à Worms. La Chanson des Nibelungen est une tragédie nationale qui relate un désastre militaire et la fin d’un empire. En 1943, à la veille de la capitulation des Allemands à Stalingrad, Hermann Goering se servit de l’épopée nationale pour exhorter ses soldats encerclés au sacrifice suprême.

Le poème sera présenté avec un résumé détaillé et une interprétation politique du message de son mystérieux auteur anonyme. Aucune connaissance préalable n’est pas requise.

Cycle I – première conférence de M. Jean-Claude Vallecalle – COMPTE-RENDU

Durant sa conférence, M. Jean-Claude Vallecalle s’est penché sur ce corpus longtemps délaissé, même si une thèse publiée récemment par Chloé Lelong tentait de proposer une monographie de l’auteur franco-italien Nicolas de Vérone, auteur d’une Pharsale en alexandrins, d’une Passion et de la chanson de geste intitulée La Prise de Pampelune.

La notion de frontière est constitutive de ce corpus méconnu puisque c’est, au premier abord, par la langue que cet ensemble épique affiche son hybridité. Au vu du sabir utilisé par les auteurs envisagés ici, compromis sans précédent ni continuation entre le français et l’italien, les médiévistes ont longtemps considéré ce corpus comme une tentative maladroite d’auteurs italiens pour égaler la tradition épique française. Cependant, cette langue exotique, volontairement artificielle et consciemment littéraire apparaît plutôt comme le témoignage de démarches personnelles et proprement auctoriales : ni dialecte, ni langue parlée, mais pure création littéraire d’auteurs pour leur propre compte, signe de leur fascination pour la tradition épique en ancien français. C’est notamment ce qui explique les degrés d’hybridation langagière des différentes version d’Huon d’Auvergne.

Quant à la diégèse des chansons de geste franco-italiennes, elle subit les mêmes manières d’adaptation au climat du Trecento italien, notamment aux valeurs pré-humanistes des milieux cultivés. Le Roland de l’Entrée d’Espagne rend compte d’un idéal héroïque réinventé, tiraillé de manière irréconciliable entre l’aspiration à une vie mondaine et courtoise, fondée sur l’agrément, et la tentation de l’ascétisme chrétien hors de la vie sociale. Ce nouveau regard, et plus généralement l’attrait exercé par la tradition française sur le milieu franco-italien, sont tributaires d’une fascination, et donc d’une nouvelle tolérance, pour l’altérité. On s’accommode de l’Autre (les bons Sarrasins pullulent face aux mauvais) et de l’Ailleurs (l’Orient de l’Entrée d’Espagne est celui, peuplé d’ethnies curieuses et bizarres, du Devisement du monde de Marco Polo). Le parcours « mondial », cosmopolite, d’Aquilon de Bavière dans la chanson de geste éponyme, parcours qui l’amène à un complet renversement du manichéisme traditionnel, puisque son éducation en Orient l’amène à combattre les chrétiens, pousse à l’extrême la tolérance pour l’Autre. Nous pouvons également y lire la tirade d’un calife sarrasin qui, dans une controverse théologique avec l’archevêque Turpin, affirme que chrétiens, juifs et musulmans vénèrent le seul et même Dieu. La Geste francor prolonge le même effet d’estrangement en faisant de Roland un sénateur romain.

Plus fondamentalement, nous pouvons lire dans les chansons de geste franco-italienne les linéaments d’un nouveau regard porté sur l’Histoire et sur la complexité du monde. En vertu du vieux schéma augustinien de l’Histoire, la chanson de geste française traditionnelle déroulait une conception métonymique de l’Histoire. En accord avec ce principe, aucun texte ne pouvait signifier la fin de l’Histoire puisque chaque geste n’est qu’un pan de l’Histoire éternelle, n’est qu’une occurrence dans le réseau figuratif qui est la clé de lecture du monde. À l’inverse, les témoins du corpus franco-italien sont animés par une tension entre la nostalgie pour ce vieux schéma providentiel qui fait de l’Histoire le lutte toujours recommencée du Bien et du Mal et l’impossibilité d’ignorer la richesse de l’Histoire et la moralité des civilisations. Par un effet de focalisation, ce sont souvent les personnages eux-mêmes qui relèvent d’un déchirement entre des identités contradictoires, leur complexité intérieure répondant et prolongeant l’embrouillement d’un monde où les oppositions binaires n’existent plus. Dans Aquilon de Bavière, la généalogie de Durandal constitue le fil rouge d’une histoire mondiale fragmentée.