Cycle de conférences I : l’épopée et les frontières géographiques et linguistiques

Le 29 janvier 2019 à l’ENS de Lyon aura lieu la première conférence du premier cycle d’étude de notre laboratoire junior (premier cycle qui se poursuivra de janvier à juin 2019). L’intervention de M. Jean-Claude Vallecalle (Tradition et renouvellement de l’épopée franco-italienne du XIVe siècle) nous permettra d’inaugurer une réflexion sur l’extension européenne de l’épopée au Moyen Âge.

Depuis l’Esthétique de Hegel, le genre épique se distingue essentiellement par une forme et un propos contraints et figés. Et en effet, la chanson de geste peut, à bon droit, apparaître, à travers son lustre héroïque, comme un genre littéraire reposant sur la mise en scène de valeurs fondatrices d’un groupe social, pris dans un faisceau de tensions extrêmes, principalement guerrières. Comme “mécanisme de concentration” qui “resserre l’action et survalorise les situations conflictuelles” (D. Madelénat, L’Épopée, 1986), la chanson de geste trouve sa dynamique principale dans l’opposition irréductible de deux entités ethno-religieuses et, partant, charroie une représentation du monde rigide et duelle. 

Pourtant, le genre épique a connu un rayonnement européen que l’on ne saurait contester.  Aussi la formule de l’éminent Joseph Bédier, « Au commencement était la route » (Les légendes épiques, t. III, 1912), pourrait servir d’auspice favorable à ce cycle de conférences, non pour évoquer les origines éventuellement itinérantes de la chanson de geste (telle est la thèse de Bédier), mais pour confirmer la diffusion transnationale de l’épopée médiévale.

L’ensemble de l’Europe a décliné le genre de la chanson de geste française, du cantar espagnol au cantare italien en passant par la Sage allemande ou la saga norroise (Beate Langenbruch, L’Europe médiévale et ses chants épiques, 2017). Le genre épique a voyagé abondamment à travers l’Europe, par le biais de traductions ou d’adaptations. La Karlamagnus saga norroise, pour ne citer qu’un exemple, procède à la compilation et à la traduction des aventures de Charlemagne et de ses douze pairs en les exportant vers le Grand Nord européen. À travers ces pérégrinations, il convient d’étudier la pertinence de la notion de frontière entendue exclusivement comme la somme des filtres linguistiques de traduction. Existe-t-il des ensembles stylistiques, des constantes sémantiques ou même iconographiques, des caractéristiques pertinentes qui permettent de déterminer ce qui, en matière d’épopée, peut être qualifié d’européen ou de non européen ?

Ce cycle permettra aussi d’étudier parallèlement l’histoire de la critique épique. La romanistique et ses grandes figures (Erich Auerbach,Ernst Robert Curtius) sera également un terrain d’observation privilégié, par son désir réaffirmé de démontrer l’existence d’une communauté culturelle européenne, construite sur l’utilisation d’éléments narratifs communs et de topoï partagés. Étudier les conditions de diffusion de la chanson de geste dans le domaine de la Romania, à travers les éléments thématiques et structurels qui en font un genre de la médiation, permettra de penser à nouveaux frais et de remettre en lumière certains aspects éminemment actuels des hypothèses romanistes.

Ce biais réflexif, à la fois thématique et critique, pourra témoigner de l’existence d’une littérature européenne médiévale, non pas entendue comme territoire délimité par des frontières, mais comme espace sémiotique commun, ou sémiosphère (Youri Lotman, La sémiosphère, 1999). En d’autre termes, l’Europe, par ce biais, peut être vue comme une question relevant de la rhétorique et sera vue comme une communauté de discours, communauté traitée sous l’angle de la littérature épique. La réflexion permettra également de penser la dialectique entre culture européenne et littératures nationales en dehors des lieux communs, dont on connaît la force de forger et de renforcer les communautés. À l’aire foucaldienne, qui est celle de l’archéologie des discours et des ruptures, pourrait s’avérer pertinente toute réflexion portant sur les constances et le « parfum d’éternité de la beauté spirituelle » (Curtius, La littérature européenne et le Moyen âge latin, 1956).

Cycle I – première conférence de M. Jean-Claude Vallecalle

Image

Le mardi 29 janvier 2019, M. Jean-Claude Vallecalle, professeur émérite à l’Université de Lyon II, ouvrira le premier cycle de conférences du laboratoire Épopées médiévales à l’ENS de Lyon. 

Son intervention portera sur l’épopée franco-italienne, domaine dans lequel il s’est spécialisé. Au cours de ses travaux, il a mis au jour la tension qu’il existe dans ce corpus entre des systèmes de valeurs divergents. D’un côté, exaltation et subversion de l’idéal héroïque et guerrier de la chanson de geste traditionnelle et, d’un autre côté, lucidité portée sur la diversité du monde et nostalgie d’un héroïsme sans faille. 

Voir l’affiche