Cycle I – première conférence de M. Jean-Claude Vallecalle – COMPTE-RENDU

Durant sa conférence, M. Jean-Claude Vallecalle s’est penché sur ce corpus longtemps délaissé, même si une thèse publiée récemment par Chloé Lelong tentait de proposer une monographie de l’auteur franco-italien Nicolas de Vérone, auteur d’une Pharsale en alexandrins, d’une Passion et de la chanson de geste intitulée La Prise de Pampelune.

La notion de frontière est constitutive de ce corpus méconnu puisque c’est, au premier abord, par la langue que cet ensemble épique affiche son hybridité. Au vu du sabir utilisé par les auteurs envisagés ici, compromis sans précédent ni continuation entre le français et l’italien, les médiévistes ont longtemps considéré ce corpus comme une tentative maladroite d’auteurs italiens pour égaler la tradition épique française. Cependant, cette langue exotique, volontairement artificielle et consciemment littéraire apparaît plutôt comme le témoignage de démarches personnelles et proprement auctoriales : ni dialecte, ni langue parlée, mais pure création littéraire d’auteurs pour leur propre compte, signe de leur fascination pour la tradition épique en ancien français. C’est notamment ce qui explique les degrés d’hybridation langagière des différentes version d’Huon d’Auvergne.

Quant à la diégèse des chansons de geste franco-italiennes, elle subit les mêmes manières d’adaptation au climat du Trecento italien, notamment aux valeurs pré-humanistes des milieux cultivés. Le Roland de l’Entrée d’Espagne rend compte d’un idéal héroïque réinventé, tiraillé de manière irréconciliable entre l’aspiration à une vie mondaine et courtoise, fondée sur l’agrément, et la tentation de l’ascétisme chrétien hors de la vie sociale. Ce nouveau regard, et plus généralement l’attrait exercé par la tradition française sur le milieu franco-italien, sont tributaires d’une fascination, et donc d’une nouvelle tolérance, pour l’altérité. On s’accommode de l’Autre (les bons Sarrasins pullulent face aux mauvais) et de l’Ailleurs (l’Orient de l’Entrée d’Espagne est celui, peuplé d’ethnies curieuses et bizarres, du Devisement du monde de Marco Polo). Le parcours « mondial », cosmopolite, d’Aquilon de Bavière dans la chanson de geste éponyme, parcours qui l’amène à un complet renversement du manichéisme traditionnel, puisque son éducation en Orient l’amène à combattre les chrétiens, pousse à l’extrême la tolérance pour l’Autre. Nous pouvons également y lire la tirade d’un calife sarrasin qui, dans une controverse théologique avec l’archevêque Turpin, affirme que chrétiens, juifs et musulmans vénèrent le seul et même Dieu. La Geste francor prolonge le même effet d’estrangement en faisant de Roland un sénateur romain.

Plus fondamentalement, nous pouvons lire dans les chansons de geste franco-italienne les linéaments d’un nouveau regard porté sur l’Histoire et sur la complexité du monde. En vertu du vieux schéma augustinien de l’Histoire, la chanson de geste française traditionnelle déroulait une conception métonymique de l’Histoire. En accord avec ce principe, aucun texte ne pouvait signifier la fin de l’Histoire puisque chaque geste n’est qu’un pan de l’Histoire éternelle, n’est qu’une occurrence dans le réseau figuratif qui est la clé de lecture du monde. À l’inverse, les témoins du corpus franco-italien sont animés par une tension entre la nostalgie pour ce vieux schéma providentiel qui fait de l’Histoire le lutte toujours recommencée du Bien et du Mal et l’impossibilité d’ignorer la richesse de l’Histoire et la moralité des civilisations. Par un effet de focalisation, ce sont souvent les personnages eux-mêmes qui relèvent d’un déchirement entre des identités contradictoires, leur complexité intérieure répondant et prolongeant l’embrouillement d’un monde où les oppositions binaires n’existent plus. Dans Aquilon de Bavière, la généalogie de Durandal constitue le fil rouge d’une histoire mondiale fragmentée.


Ce contenu a été publié dans Billets par Léo-Paul Blaise. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Léo-Paul Blaise

Élève de l'École normale supérieure de Lyon depuis 2013, Léo-Paul Blaise, après une première année de maîtrise en Lettres modernes, effectue cette année un double parcours liant une seconde année de maîtrise en Lettres modernes (spécialisée en littérature médiévale) et une première année de maîtrise en histoire médiévale. Il s'est chargé à la fois d'établir la liste des éditions de Rabelais au XVIIIe siècle et de recenser l'ouvrage de Theodore Fraser sur l'éditeur Jacob le Duchat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.